Sélectionner une page

Tout savoir sur la rosacée et ses différentes formes.

Malgré son nom floral, la rosacée est une maladie dermatologique fréquente, chronique et gênante. Il s’ agit d’ une affection qui touche les petits vaisseaux du visage. Elle touche fréquemment les personnes à peau claire et peut avoir des conséquences psychoaffectives importantes.

4 millions de personnes seraient concernées en France.

 Il existe plusieurs sous-types de rosacée, regroupant les formes erythémato-télangiectasiques, les formes papulopustuleuses, les formes hypertrophiques.

L’ évolution de l’ affection se fait sur le mode chronique et peut se compliquer d’ atteintes oculaires parfois sévères, de pyoderma facial (rosacée fulminans), de rhynophyma (forme hypertrophique sévère).

Les traitements bien codifiés dépendent de la forme et de la sévérité de la rosacée.

La rosacée et ses différentes formes :

Forme Vasculaire ou couperose

La rougeur ou érythrose est le symptôme principalement de la rosacée. Elle se concentre principalement sur le centre du visage, notamment sur les joues, le nez, le menton, le front. Chez l’homme, elle peut également toucher le cuir chevelu si celui-ci est dégarni. Cette rougeur entraine une sensibilité extreme de la peau, qui peut même rendre la peau intolérante à l’eau, lors du nettoyage du visage. Cette sensibilité provient du fait qu’un nombre élevé de terminaisons nerveuses, qui se trouvent dans la partie profonde la peau mais également, elle est due à la présence d’une substance appelée « substance P ». Elle est présente localement et dans le sang. Cette molécule, qui est sécrétée par les cellules nerveuses, est responsable d’une inflammation locale. 

Forme Oculaire

La rosacée peut également provoquer une rosacée oculaire, qui apparaît entre 30% à 50% des cas, quelques années après l’apparition de la rosacée dermatologique. La rosacée oculaire provient des glandes de Meibomius. Ce sont des petites glandes, présentes le long des paupières et secrètent une substance huileuse, qui permet la lubrification des yeux. Cette rosace oculaire peut être présente sous différentes formes : conjonctivite, blépharite, kératite, chalazions, télangiectasies des paupières, hyperhémie conjonctivale (œil rouge), irrégularités visibles du bord des paupières. Elle présente des symptômes tels que des sécheresse avec sensation de corps étranger ou de sable dans les yeux, brûlures, une vision trouble, et une hypersensibilité à la lumière (photophobie).

Forme papulo-pustuleuse

En plus de la rougeurs au niveau du visage, des papules ou pustules, semblables à des lésions d’acné, peuvent apparaître. Les papules sont des élévations de la peau, rouges, fermes et peuvent parfois être douloureuses. Elles mesurent de un à quatre millimètres. Les papules sont entourées d’une auréole inflammatoire et peuvent apparaître spontanément sur le centre du visage. Elles sont parfois dues à une invasion de la glande sébacée, causée par un parasite, présent habituellement dans le follicule, appelé Demodex Folliculorum.

Les pustules, qui ont une taille inférieure à celle des papules, peuvent se développer en dehors d’infection. Ces éruptions évoluent par poussées qui s’ améliorent le plus souvent très rapidement. La rougeur persiste, mais les lésions pustuleuses et papuleuses régressent. Si ce n’ est pas le cas, les traitements peuvent aider efficacement au retour à la normale.

Forme hypertrophique

C’est la forme la plus rare. Elle concerne moins de 5% des patients souffrant de rosacée. Elle est majoritairement masculine. Elle se présente sous forme d’un aspect rouge et soufflé de la pointe du nez, un épaississement de la peau et une dilatation des orifices des glandes sébacées de cette région du visage, des protubérances charnues. 

Elle est également appelée « rhinophyma ». Cette forme, a des répercussions psychologiques importantes car cet aspect physique est lié à l’image de l’alcoolisme chronique. Si l’ alcool n’ a rien à voir dans les causes, son seul effet est le déclenchement de bouffées vaso-motrices. La forme rhinophyma est considérée comme une complication majeure de la rosacée. Un épaississement cutané est parfois également associé à des papulo-pustules et peut s’étendre au reste du visage.