Sélectionner une page

Les symptômes de la rosacée

La rosacée se manifeste par des rougeurs occasionnelles ou permanentes accompagnées de bouffées de chaleur au niveau du visage. La couperose est fréquente et d’autres lésions sont possibles. Le diagnostic est posé par le médecin traitant ou un dermatologue.

La rosacée atteint la partie centrale du visage. Elle évolue dans le temps. À chaque phase d’évolution correspondent des symptômes particuliers, qui peuvent se cumuler durant certaines périodes. Cependant, beaucoup de patients ne développent que la forme initiale vasculaire.

La forme vasculaire habituelle de la rosacée : rougeurs du visage, bouffées de chaleur avec ou sans couperose

Rougeurs du visage et bouffées de chaleur

La forme vasculaire ou phase de début de la rosacée se manifeste par une rougeur persistante (érythème) au centre du visage (joues, nez, milieu du front, menton), sauf sur le pourtour des yeux et de la bouche.

Des bouffées de chaleur (flushs) surviennent aussi occasionnellement, dans des conditions climatiques particulières et après l’ingestion de certains aliments. Le visage et parfois le cou, rougissent alors beaucoup, avec une désagréable impression de chaleur. Toutefois, ces symptômes ont tendance à disparaître avec l’âge.

 

Couperose du visage et autres symptômes

D’autres signes peuvent être associés :

  • de la couperose constituée de télangiectasies (dilatation visible et permanente de petits vaisseaux de la peau) très rouges, voire violacées, juste sous la surface de la peau ;
  • un œdème (gonflement) du centre du visage ;
  • des sensations de brûlure et de piqûre;
  • un aspect rugueux de la peau accompagné d’une desquamation.
La rosacée peut évoluer vers une forme papulopustuleuse

Parfois, la rosacée évolue en prenant une forme papulopustuleuse. Des papules rouges et des pustules s’ajoutent alors aux symptômes vasculaires.

Elles sont localisées au milieu du visage, autour de la bouche, des yeux et du nez. Ces lésions cutanées passagères apparaissent par poussées, sans facteur déclenchant particulier. Elles ne sont pas prurigineuses (elles ne donnent pas envie de se gratter).

Les symptômes s’améliorent le plus souvent spontanément, et plus rapidement sous l’action d’un traitement.

 

La rosacée progresse rarement vers une forme hypertrophique

La forme hypertrophique de la rosacée est la plus tardive et la plus rare (moins de 5 % des patients, avec une très grande prédominance masculine). Elle se manifeste par un épaississement de la peau et des tissus du visage, voire des oreilles, avec l’apparition de nodules d’aspect irrégulier et de télangiectasies.

La pointe du nez est souvent la zone la plus touchée : elle prend un aspect rouge et gonflé, avec une dilatation des pores de la peau qui sécrète une importante séborrhée (rhinophyma).

Cette forme, plus que les autres, a des répercussions psychologiques importantes pour des raisons d’ordre esthétique.