Sélectionner une page

Le diagnostic de rosacée

Le diagnostic de rosacée est posé par le médecin traitant ou par un dermatologue. Celui-ci examine le visage de la personne et la questionne sur ses symptômes.

La présence d’une rougeur persistante et symétrique de la partie centrale du visage depuis plus de 3 mois accompagnée d’autres symptômes (couperose, bouffées vaso-motrices au niveau du visage, papules…) permet de porter le diagnostic de rosacée.

Dans de rares cas, s’il est difficile d’identifier la maladie, le médecin peut demander une biopsie cutanée. Le fragment de peau prélevé est alors analysé au microscope pour préciser le diagnostic.

Le médecin recherche une atteinte des yeux, observée au cours de certains cas de rosacée. Ces formes oculaires de la rosacée peuvent survenir avant l’apparition des lésions cutanées ou en même temps.

Elles se traduisent par une conjonctivite, ou une blépharite (inflammation des paupières) ou une kératite (inflammation de la cornée), avec les symptômes suivants :

  • larmoiement des yeux, qui sont injectés de sang ;
  • gonflement et rougeur des paupières, présentant sur leurs bords de petits vaisseaux apparents ;
  • sensations de corps étranger, de démangeaison, de brûlure et de piqûre dans l’œil ;
  • sécheresse oculaire ;
  • sensibilité anormale à la lumière ou vision brouillée.

Dans cette situation, un bilan ophtalmologique est nécessaire.